Ecole écosystèmique de la Mare Huguet des Boutours

Client :Ville de Rosny-Sous-Bois, 93 Date : 25 avril 2013 Catégorie

Création d'une nouvelle école

Maitrise d’œuvre // conception des espaces extérieurs : > cours, parvis, toitures

Architectes : Emmanuel PEZRÈS et Pierre-Jean POUILLARD

AMO : Olivier GAUJARD

Conception : 2012 >> démarrage du chantier été 2013 >> ouverture de l’école rentrée 2014

Budget espaces extérieurs : 900 000 euros HT

Un projet public innovant :

> Bâtiment bioclimatique

(exposition sud, façade bioclimatique, pusit canadien, photovoltaique)

> Matériaux bio-sourcés

(ossature bois, isolation paille, murs en terre)

> Gestion intégrée des eaux pluviales

(toiture végétalisée, bassin-biotope de rétention, noues d’infiltration,…)

> Agriculture urbaine

(jardin potager sur toiture, plantation d’arbres fruitiers, paysage comestible)

Caractéristiques du projet

>> Structure : la structure porteuse sera de préférence en bois massif de provenance régionale (chêne d’Ile-de-France, peuplier de Picardie, autres feuillus comme le hêtre, le frêne ou le robinier, et résineux usuels disponibles localement), le recours au bois lamellé-collé et aux composants industriels en bois reste possible si nécessaire.

>> Gabarit : la configuration particulière de l’emprise foncière, très allongée, ainsi que les contraintes réglementaires d’urbanisme (emprise au sol limitée à 1 253 m2, hauteur limitée à 9 m, droit de vue) imposent de recourir à une construction comportant un étage. Un équilibre fin devra être recherché pour préserver des hauteurs sous plafond les importantes possibles (au moins supérieures à 2,75 m), des espaces extérieurs de récréation agréables, diversifiés, favorisant la mobilité et faciles à surveiller, tout en limitant l’impact visuel du bâtiment pour le voisinage.

>> Thermique : au-delà de la RT 2012 applicable au projet, la conception du bâtiment devra permettre d’obtenir le niveau de performance de la certification Passivhaus ou Minergie +. Les matériaux isolants seront choisis en tenant compte de leur capacité thermique et hygroscopique, leur énergie grise, leur bilan carbone. La paille en est un bon exemple : ce matériau, renouvelable annuellement, peut être produit localement en agriculture biologique.
>> Acoustique : au-delà des exigences réglementaires, une attention particulière sera portée à la correction acoustique des locaux bruyants (réfectoire, salle de motricité, préaux) en évitant de recourir aux matériaux absorbants en fibres minérales (sauf contraintes réglementaires

>> Eclairage : l’éclairage naturel direct ou indirect (lumiducs) sera privilégié dans tous les locaux avec un niveau d’éclairement suffisant pour les tâches visuelles à accomplir et la limitation des risques d’éblouissement, il sera modulé en fonction de l’usage des locaux.

>>Ventilation : l’une des ambitions les plus fortes du projet est de recourir à une Ventilation Naturelle Contrôlée (VNC) qui diffère de la ventilation classique (ventilation  naturelle « incontrôlée » ou ventilation mécanique contrôlée) ; cette technique a pour but, par la seule forme du bâtiment, de diminuer la part des éléments techniques coûteux et difficiles à entretenir. Le renouvellement d’air sera au moins égal à 25 m3/personne.heure dans tous les locaux à forte occupation (salles de cours, salles de repos, salle de motricité, salle polyvalente, salle à manger, …).

>> Qualité de l’air intérieur : les matériaux de construction, les matériels de ventilation, le mobilier, les produits d’entretien seront choisis de manière à respecter par anticipation les prescriptions de la réglementation qui entrera en vigueur le 1er janvier 2015.
>> Accessibilité : toutes les prescriptions réglementaires relatives à tous les handicaps seront respectées en anticipant sur la réglementation qui entrera en vigueur en 2015.

>> Pérennité : les choix techniques et architecturaux seront systématiquement évalués au regard de la pérennité d’usage et d’aspect, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du bâtiment, de la facilité de maintenance des équipements et de l’économie d’entretien.

>> Biodiversité : l’implantation du bâtiment dans le site et les aménagements paysagers seront conçus de manière à préserver la biodiversité présente et à favoriser son développement. La végétalisation du site pourra s’étendre à tout ou partie de la toiture et/ou des façades. Dans ce cas, elle ne sera pas réduite à de simples sédums mais devra permettre l’observation pédagogique de la biodiversité urbaine. Un complément pourra être trouvé dans des espaces de culture protégés, en extérieur (potager, arbres fruitiers) comme en intérieur (serres), ces espaces seront conçus pour permettre des activités pédagogiques autour de la faune, de la flore et de l’agriculture urbaine.

>> Participation : les dispositions adéquates devront pouvoir être prises afin de permettre la participation au chantier des enfants et des parents, accompagnés par des « sachant-faire » (artisans, artistes), dans des temps et des lieux choisis à cet effet (par exemple, faïences décoratives des salles de propreté, sol et clôture du parvis d’entrée).

>> Filières constructives : le choix des matériaux et des techniques constructives ainsi que le phasage du chantier devront permettre la mise en place de démonstrations de mises en œuvre et d’actions de formations sur le thème de l’éco-construction à l’intention des entreprises du bâtiment existantes ou en gestation sur le territoire communal et plus largement sur celui du cluster de la Ville Durable dont la ville de Rosny-sous-Bois fait partie.

Ademe 3Vers une agro-écologie urbaine et paysagèreSlide 1Slide 1